Valentin Roduit

Une brève présentation...

J’ai 27 ans, je suis stagiaire à la paroisse de Collombey-Muraz, en préparation de ma future vie de prêtre. J’aime beaucoup la montagne, je fais un peu de course à pied et de vélo, tout ça pour me dépenser et revenir plus frais à ce qui est ma mission. Quand je peux partager l’effort avec ma famille ou mes amis, c’est une grande joie. Parfois un moyen assez simple de se rapprocher et soigner les liens. J’aime aussi la musique, particulièrement le chant. La vie en paroisse me permet de l’exercer un peu, même si je suis nostalgique des chorales.
Heureux tonton 5 fois, j’admire les jeunes parents. J’aime autant voir mes neveux et nièces que les rendre à leurs parents lorsque m’en occuper dépasse mes compétences…

Et plus précisément, ma vocation...

Dernier de 4 enfants, j’ai reçu la foi d’abord dans ma famille. La messe du dimanche, la bénédiction de table et la prière du soir m’ont appris à être en relation avec Jésus. En plus de ça, les amis prêtres qui passaient à la maison me paraissaient heureux, et donner sa vie à Dieu m’a paru rapidement être un choix de vie possible, parmi d’autres.
La confirmation dont j’ai quelques bons souvenirs m’a permis de sentir que la vie avec Dieu, c’est quelque chose de sérieux. Conscient que c’était un moment important, j’en ai profité pour renforcer mon lien avec Dieu.
Mais c’est seulement quelques années plus tard que j’ai vraiment choisi de soigner ce lien. En même temps que mon indépendance a grandi en moi la conscience que si j’offrais du temps au Seigneur, il pouvait me rendre heureux. C’est là que s’est faite la transition entre une foi reçue, et ma foi vécue. Une brève retraite en silence et les JMJ de Rio en 2013 m’ont permis de confier mon avenir à Dieu, et de lui laisser le temps de m’indiquer un chemin de bonheur. Après une année à Philanthropos à étudier la philosophie et la théologie, je suis donc entré au séminaire, en 2014.

Là s’est ouvert tout un chemin de formation et de discernement à Fribourg, coupé par un an de volontariat à Hong Kong. Pour être prêtre, il faut 7 ans de formation qui permettent d’apprendre beaucoup de choses, mais aussi de poser un choix assez assuré pour qu’il dure toute la vie. Parce que l’ordination donne plus qu’un métier, elle donne une couleur à toute la vie. C’est ce que j’expérimente depuis le mois d’août en paroisse, où j’apprends les ficelles du métier, tout en expérimentant les joies de la vocation.

Un mot pour finir…

Un petit « oui » dans le secret de mon cœur il y a de nombreuses années me conduit au jour de mon ordination à dire un « oui » qui m’engage. Je rends grâce à Dieu qui a su me faire sentir sa présence à mes côtés tout au long du chemin.
Et je ne peux qu’encourager tous ceux qui lisent ceci à lui faire une brève prière pour demander au Seigneur de les aider à arriver au bonheur. Il le veut pour nous, et il nous y aidera !